les-jardins01

Inauguration des Jardins Bonaparte

SOFERIM signe la renaissance d’un site emblématique du patrimoine architectural d’Asnières-sur-Seine

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier créatif, inaugure le 12 octobre un ensemble résidentiel d’exception sur l’ancien site des Archives de la Banque de France, en présence de Manuel Aeschlimann, Maire d’Asnières-sur-Seine. Aux 53/57 Grande rue Charles de Gaulle et 10/12 rue Bapst, les Jardins Bonaparte marquent la renaissance d’un site emblématique en plein coeur d’Asnières-sur-Seine (92), avec la réhabilitation de trois bâtiments historiques reconvertis en logements, sur un terrain de 3 800 m2. A 7 minutes de Paris Saint-Lazare, les Jardins Bonaparte bénéficient d’un emplacement attractif à proximité des commerces, des services (crèches, écoles) et des moyens de transport.

Des appartements de standing à la place de la Banque de France

les-jardins02les-jardins03A deux pas du centre-ville et de la gare d’Asnières, l’ancien site de la Banque de France connait une nouvelle vie grâce au

Jardins Bonaparte, un programme immobilier ambitieux d’un montant de près de 57 millions d’euros, conçu par l’architecte spécialiste du patrimoine Maurice Culot (agence ARCAS PARIS).

Construit au début du siècle par le célèbre architecte Alphonse Defrasse, l’immeuble historique de style industriel « Le Defrasse », qui abritait sur 7 étages les archives de la Banque de France, a été intégralement rénové et transformé en appartements de standing, dont la majorité a été livré en état brut afin de permettre aux futurs occupants de l’aménager librement. Les deux bâtiments « Villas d’Arcole et de Bassano » donnant sur la Grande rue Charles de Gaulle ont été préservés et surélevés de deux étages pour abriter des appartements rénovés ou neufs, du studio au 5 pièces. En plus de la réhabilitation des existants, quatre immeubles neufs labellisés BBC Effinergie ont été construits.

« Il était hors de question de faire table rase du passé et de toucher au bâtiment Defrasse qui abritait les archives de la Banque de France. Notre devoir, en tant que promoteur, consistait précisément à valoriser un bâti de qualité en respectant scrupuleusement son identité d’origine. Nous sommes fiers d’avoir pris part à cette très belle opération qui préserve le patrimoine architectural existant et favorise le vivre ensemble, tout en valorisant l’attractivité du quartier », déclare Gilles Robin, Directeur général, SOFERIM.

« A l’occasion de l’appel d’offres organisé par la Banque de France, nous avons été convaincus par le projet de la société SOFERIM car il nous a semblé être le plus respectueux du site, de son histoire et des prescriptions et attentes de la ville d’Asnières », ajoute Marc Morau, Directeur immobilier, BANQUE DE FRANCE. « Nous avons trouvé avec SOFERIM un partenaire fiable, adaptable et inventif, tout au long d’un processus de valorisation particulièrement délicat. »

Composé de 101 appartements certifiés HQE et de 115 places de parking, cet ensemble résidentiel, qui doit son nom au créateur de la Banque de France, s’intègre harmonieusement dans le tissu urbain de la ville d’Asnières. La moitié des logements a été vendue à des investisseurs, afin d’offrir des possibilités de locations en coeur de ville.

Un nouvel élan pour le centre-ville d’Asnières

Grâce à la continuité et l’ouverture avec les bâtiments de la rue Bapst, la plupart des logements offrent une vue imprenable sur un espace paysager de 1 180 m2, qui représente plus de 30 % de la surface du terrain. Ainsi valorisé, le site a été ouvert aux riverains pour leur permettre de découvrir son patrimoine architectural et historique.

La création de 1 000 m2 de commerces et bureaux en rez-de-chaussée participent à dynamiser le centre-ville, en réponse aux attentes de la Mairie d’Asnières. La Librairie nouvelle a été la première à s’installer en février 2015 dans les anciens bâtiments de la Banque de France, suivie en septembre 2016 par une crèche Babilou. Fin novembre, ce sera au tour de la boutique-atelier de pâtisserie Fika d’ouvrir ses portes.

les-jardins04

Une oeuvre d’art comme cheminement végétal poétique, d’un bâtiment à l’autre

les-jardins05

Depuis sa création, SOFERIM soutient la scène artistique émergente non seulement en sa qualité de mécène principal de DRAWING NOW PARIS | LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN, mais aussi en tant que promoteur favorisant l’intégration d’oeuvres d’artistes dans ses différentes réalisations. Dans le prolongement de cet engagement en faveur de l’art contemporain, SOFERIM a rejoint l’initiative du Ministère de la Culture sous le label « un immeuble, une oeuvre ».

Les halls de chaque bâtiment des Jardins Bonaparte intègreront une oeuvre d’art de l’artiste Marie Denis, représentée par la Galerie Alberta Pane. Dans l’esprit des paravents Empire – héritier du style directoire – Marie Denis propose un déploiement inédit d’herbiers-estampes, or, noir et blanc, sous forme de frise : un hommage au décorum de l’époque de Joséphine & Bonaparte et au penchant de l’Impératrice pour la flore et la nature revisitées par les arts de son temps (lithographies et fax imprimés sur du Dibond).

Marie Denis commence son travail d’herborisation en 2001, lors d’une résidence à Orléans, où elle prélève dans les serres municipales des essences végétales qu’elle passe tel quel sous le feu d’un fax thermique. L’appareil produit une duplication mécanique et scandée des végétaux, une forme d’estampe automatique, qui « abstraitise » les nervures originales et ce faisant invente une variété inédite de feuillus. Après des mois de collectes à Digne, cette fois au pays de l’ammonite fossile et de la Réserve Géologique de Haute-Provence, ce sont des centaines de feuilles, fleurs, brindilles et fragments qu’elle extraira de la nature pour les coucher sur papier fax : les herbiers deviennent diapositive chlorophylle, photomaton-Haïku, transformés par son fax thermique, saisis entre deux verres ou minéralisés par la patine au graphite.

Depuis octobre, les halls des Villas d’Arcole et de Bassano accueillent chacun deux volets d’herbier-estampes, L’Herbier de Rose, dite Joséphine de Beauharnais I & II, invitant les occupants à une traversée sensible et poétique des questions de Nature traitée sous toutes ses formes.