Inauguration des Jardins Bonaparte

SOFERIM signe la renaissance d’un site emblématique du patrimoine architectural d’Asnières-sur-Seine

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier créatif, inaugure le 12 octobre un ensemble résidentiel d’exception sur l’ancien site des Archives de la Banque de France, en présence de Manuel Aeschlimann, Maire d’Asnières-sur-Seine. Aux 53/57 Grande rue Charles de Gaulle et 10/12 rue Bapst, les Jardins Bonaparte marquent la renaissance d’un site emblématique en plein coeur d’Asnières-sur-Seine (92), avec la réhabilitation de trois bâtiments historiques reconvertis en logements, sur un terrain de 3 800 m2. A 7 minutes de Paris Saint-Lazare, les Jardins Bonaparte bénéficient d’un emplacement attractif à proximité des commerces, des services (crèches, écoles) et des moyens de transport.

Des appartements de standing à la place de la Banque de France

les-jardins02les-jardins03A deux pas du centre-ville et de la gare d’Asnières, l’ancien site de la Banque de France connait une nouvelle vie grâce au

Jardins Bonaparte, un programme immobilier ambitieux d’un montant de près de 57 millions d’euros, conçu par l’architecte spécialiste du patrimoine Maurice Culot (agence ARCAS PARIS).

Construit au début du siècle par le célèbre architecte Alphonse Defrasse, l’immeuble historique de style industriel « Le Defrasse », qui abritait sur 7 étages les archives de la Banque de France, a été intégralement rénové et transformé en appartements de standing, dont la majorité a été livré en état brut afin de permettre aux futurs occupants de l’aménager librement. Les deux bâtiments « Villas d’Arcole et de Bassano » donnant sur la Grande rue Charles de Gaulle ont été préservés et surélevés de deux étages pour abriter des appartements rénovés ou neufs, du studio au 5 pièces. En plus de la réhabilitation des existants, quatre immeubles neufs labellisés BBC Effinergie ont été construits.

« Il était hors de question de faire table rase du passé et de toucher au bâtiment Defrasse qui abritait les archives de la Banque de France. Notre devoir, en tant que promoteur, consistait précisément à valoriser un bâti de qualité en respectant scrupuleusement son identité d’origine. Nous sommes fiers d’avoir pris part à cette très belle opération qui préserve le patrimoine architectural existant et favorise le vivre ensemble, tout en valorisant l’attractivité du quartier », déclare Gilles Robin, Directeur général, SOFERIM.

« A l’occasion de l’appel d’offres organisé par la Banque de France, nous avons été convaincus par le projet de la société SOFERIM car il nous a semblé être le plus respectueux du site, de son histoire et des prescriptions et attentes de la ville d’Asnières », ajoute Marc Morau, Directeur immobilier, BANQUE DE FRANCE. « Nous avons trouvé avec SOFERIM un partenaire fiable, adaptable et inventif, tout au long d’un processus de valorisation particulièrement délicat. »

Composé de 101 appartements certifiés HQE et de 115 places de parking, cet ensemble résidentiel, qui doit son nom au créateur de la Banque de France, s’intègre harmonieusement dans le tissu urbain de la ville d’Asnières. La moitié des logements a été vendue à des investisseurs, afin d’offrir des possibilités de locations en coeur de ville.

Un nouvel élan pour le centre-ville d’Asnières

Grâce à la continuité et l’ouverture avec les bâtiments de la rue Bapst, la plupart des logements offrent une vue imprenable sur un espace paysager de 1 180 m2, qui représente plus de 30 % de la surface du terrain. Ainsi valorisé, le site a été ouvert aux riverains pour leur permettre de découvrir son patrimoine architectural et historique.

La création de 1 000 m2 de commerces et bureaux en rez-de-chaussée participent à dynamiser le centre-ville, en réponse aux attentes de la Mairie d’Asnières. La Librairie nouvelle a été la première à s’installer en février 2015 dans les anciens bâtiments de la Banque de France, suivie en septembre 2016 par une crèche Babilou. Fin novembre, ce sera au tour de la boutique-atelier de pâtisserie Fika d’ouvrir ses portes.

les-jardins04

Une oeuvre d’art comme cheminement végétal poétique, d’un bâtiment à l’autre

les-jardins05

Depuis sa création, SOFERIM soutient la scène artistique émergente non seulement en sa qualité de mécène principal de DRAWING NOW PARIS | LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN, mais aussi en tant que promoteur favorisant l’intégration d’oeuvres d’artistes dans ses différentes réalisations. Dans le prolongement de cet engagement en faveur de l’art contemporain, SOFERIM a rejoint l’initiative du Ministère de la Culture sous le label « un immeuble, une oeuvre ».

Les halls de chaque bâtiment des Jardins Bonaparte intègreront une oeuvre d’art de l’artiste Marie Denis, représentée par la Galerie Alberta Pane. Dans l’esprit des paravents Empire – héritier du style directoire – Marie Denis propose un déploiement inédit d’herbiers-estampes, or, noir et blanc, sous forme de frise : un hommage au décorum de l’époque de Joséphine & Bonaparte et au penchant de l’Impératrice pour la flore et la nature revisitées par les arts de son temps (lithographies et fax imprimés sur du Dibond).

Marie Denis commence son travail d’herborisation en 2001, lors d’une résidence à Orléans, où elle prélève dans les serres municipales des essences végétales qu’elle passe tel quel sous le feu d’un fax thermique. L’appareil produit une duplication mécanique et scandée des végétaux, une forme d’estampe automatique, qui « abstraitise » les nervures originales et ce faisant invente une variété inédite de feuillus. Après des mois de collectes à Digne, cette fois au pays de l’ammonite fossile et de la Réserve Géologique de Haute-Provence, ce sont des centaines de feuilles, fleurs, brindilles et fragments qu’elle extraira de la nature pour les coucher sur papier fax : les herbiers deviennent diapositive chlorophylle, photomaton-Haïku, transformés par son fax thermique, saisis entre deux verres ou minéralisés par la patine au graphite.

Depuis octobre, les halls des Villas d’Arcole et de Bassano accueillent chacun deux volets d’herbier-estampes, L’Herbier de Rose, dite Joséphine de Beauharnais I & II, invitant les occupants à une traversée sensible et poétique des questions de Nature traitée sous toutes ses formes.

 

Le coup d’envoi du chantier rue de la Tombe Issoire est donné

tombe-issoire02

Façade sur rue

tombe-issoire01

Façade sur jardin

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier parisien, annonce le coup d’envoi des travaux du projet d’aménagement du site de la (Paris 14e). A deux pas de la Place Denfert-Rochereau, 5 300 m² de logements répartis en 4 bâtiments, conçus par l’architecte Thierry Lanctuit, verront le jour d’ici fin 2018.
Les premiers travaux de construction ont démarré sur ce terrain de 2 000 m² qui accueillera plus de 5 300 m² de logements dont 25 % de social, allant du studio au 5 pièces avec terrasses, autour d’un grand jardin privé de 650 m2. Ce projet d’aménagement comprendra également une fondation d’art thérapie pour enfants « Les Petits Lutins de l’Art », une crèche privée et un commerce de proximité.
« Nous prévoyons à terme de recréer un cadre de vie de qualité, calme et verdoyant, tout en préservant le cachet naturel  de ce site qui s’apprête à connaître une nouvelle vie, a déclaré Gilles Robin, Directeur général de SOFERIM. Le 14e arrondissement reste un quartier typique, qui reflète tout le charme du Vieux Paris et abrite de nombreux ateliers d’artistes, logements sociaux, espaces verts et jardins publics. Notre projet s’inscrira pleinement dans l’esprit et le style de ce quartier. »

SOFERIM renouvelle son engagement en faveur de l’art contemporain, à l’occasion du 10ème anniversaire du DRAWING NOW PARIS

Le 10ème anniversaire de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN a été l’occasion pour SOFERIM, spécialiste de l’immobilier créatif, de réaffirmer son engagement pour la promotion de jeunes artistes, en sa qualité de mécène principal.

 

SOFERIM a apporté son soutien en tant que partenaire du premier Symposium international du dessin contemporain organisé les 30 et 31 mars dernier à l’auditorium dans le cadre de cette édition spéciale, aux côtés du Ministère de la Culture et de la Communication et de la Ville de Paris.

 

Drawing Now ParisDepuis la création du prix DRAWING NOW en 2011, l’entreprise apporte chaque année un soutien financier qui permet d’accompagner le développement du travail des artistes lauréats, en France et à l’étranger. Cette année, le 6e prix Drawing Now a été décerné à Jochen Gerner, représenté par la galerie Anne Barrault (Paris), qui s’est vu remettre une dotation de 5 000 euros. A l’occasion de la prochaine édition du salon, une exposition personnelle Hors les Murs permettra à l’artiste de développer son travail dans un lieu dédié.

 

« L’attention que nous portons à la scène artistique s’est concrétisée dès la première édition de DRAWING NOW PARIS, par la mise à disposition d’immeubles destinés à accueillir le salon, puis par la création du Fonds pour le dessin contemporain, a déclaré Jean Papahn, Président de SOFERIM. Aujourd’hui nous sommes heureux de pouvoir aller plus loin dans notre engagement à travers l’organisation de ce Symposium international qui a réuni autour d’une même passion une cinquantaine d’experts du monde entier – artistes, collectionneurs, chercheurs, directeurs d’institutions ou encore commissaires d’expositions. Parallèlement à notre engagement en tant que mécène, nous poursuivons nos différentes actions afin de favoriser l’intégration des oeuvres d’artistes contemporains dans nos différentes réalisations : expositions dans des immeubles avant travaux, oeuvres d’art originales dans les halls, bâches d’artistes sur les chantiers. Parce que l’art se vit aussi dans la ville, au quotidien. »

Inauguration du Trio Daumesnil, un pari réussi : les 3 bâtiments de 13 000 m² sont occupés dès leur livraison

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier parisien depuis plus de 25 ans, vient de livrer le Trio Daumesnil situé au 43, rue du Charolais, Paris 12ème.

Implanté sur un ancien site SNCF, le terrain a été acquis en juillet 2012 auprès d’Espaces Ferroviaires, filiale de SNCF Immobilier pour y réaliser trois bâtiments tertiaires entièrement domotisés et éco-responsables. Après trois années de travaux et 30 millions d’euros d’investissements, le Trio Daumesnil constitue désormais la porte d’entrée d’un nouveau quartier d’affaires qui s’étendra jusqu’à la Gare de Lyon.

 

Une opération au coeur d’un projet urbain de SNCF Immobilier

Le Trio Daumesnil s’inscrit dans le cadre de l’opération d’aménagement « Charolais-Rotonde », menée par Espaces Ferroviaires, au sein de SNCF Immobilier.
À proximité immédiate de la gare de Lyon et de la Mairie du 12ème arrondissement, ce nouveau quartier parisien de 1,8 ha comprend 12 000 m² de logements sociaux et privés, une crèche et le nouveau Conservatoire Municipal de Danse et de Musique du 12ème arrondissement. Une résidence chercheurs et 35 logements libres devront voir le jour en 2017, achevant ainsi cette opération.
« Le succès du Trio Daumesnil témoigne de la performance du partenariat entre SNCF Immobilier et des promoteurs immobiliers pour développer des programmes tertiaires sur d’anciennes emprises ferroviaires. », analyse Fadia Karam, Directrice Générale d’Espaces Ferroviaires, et directrice du Développement de SNCF Immobilier.

 

Un nouveau pôle tertiaire éco-responsable réalisé par SOFERIM

Conçu par le Cabinet d’architectes du Besset & Lyon puis exécuté par le cabinet C2A, le nouvel ensemble immobilier offre 13 000 m² de bureaux domotisés répartis sur 3 immeubles de 5 niveaux pouvant accueillir 900 personnes et 99 places de parking en sous-sol. Les futurs salariés pourront profiter d’espaces de travail avec des surfaces fonctionnelles et modulables.

L’Inria, Institut national de recherche en informatique et en automatique, occupe deux bâtiments sur trois, soit une surface de 10 000 m². « L’installation de l’Inria au sein du Trio Daumesnil marque, pour le centre, un nouveau départ, au plus près de ses partenaires académiques et industriels, au coeur de l’écosystème du numérique parisien. », commente Isabelle Ryl, directrice du centre de recherche Inria Paris.
Le troisième bâtiment est quant à lui loué par la société GENERIX.
Par ailleurs certifiés HQE et labellisés BBC Effinergie, ces trois bâtiments éco-responsables répondent au Plan Climat Ville de Paris conjuguant performances thermiques et luminosité naturelle. Le travail s’est notamment axé sur la qualité des isolants, des vitrages et des matériaux de construction afin de réduire les consommations.

« Le Trio Daumesnil illustre la capacité de SOFERIM à prendre des risques en concevant des projets en tant que co-investisseur. Cette réalisation SOFERIM est également une réussite pour l’entreprise puisque le Trio Daumesnil a été loué en totalité dès sa livraison. » explique Gilles Robin, Directeur général de SOFERIM.

Nomination

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier parisien depuis plus de 25 ans, annonce la nomination de Jean-Jacques Remy au poste de Directeur de programmes adjoint, pour renforcer ses équipes dans le cadre du développement de ses activités.

 

Jean-Jacques REMYAprès plus de 12 années passées dans la maîtrise d’ouvrage de programmes immobiliers de grande envergure, Jean-Jacques Remy, 38 ans, a rejoint SOFERIM en mars 2015 en qualité de Directeur de programmes adjoint.

Il sera en charge du suivi des opérations « Les Jardins Bonaparte » (Asnières-sur-Seine) et « Tombe Issoire » (Paris 14e), sur le plan financier, administratif et technique.

Jean-Jacques Remy a commencé sa carrière en 2001 chez Meunier Habitat au sein du service technique du pôle logement, avant d’intégrer Nexity Apollonia en 2007 en tant que Chef de groupe sur des projets de logements et d’hôtellerie, puis Bouygues Immobilier en 2013 au poste de Responsable technique exécution.

A propos de sa nomination, Jean-Jacques Remy déclare : « Je suis très heureux de pouvoir mettre à profit mes compétences techniques au sein d’une structure à taille humaine reconnue et dotée de valeurs fortes comme SOFERIM. »

Jean-Jacques Remy est diplômé de l’ICH section Promotion et Construction et de l’ESTP Paris section Conducteur de travaux bâtiment Eyrolles.

Nominations

SOFERIM annonce, dans le cadre de son développement stratégique et commercial, la nomination d’Alban Hallé au poste de Directeur du Développement, et de Barbara Prucz au poste de Chargée de Marketing et Communication.

Alban HALLE, Directeur du Développement

Alban Hallé a commencé sa carrière en 1998 comme contrôleur de gestion au sein du Groupe Carrefour, en Corée du Sud. En 2001, Alban Hallé rejoint Ernst & Young en tant que consultant financier, avant d’intégrer ING Real Estate en 2004 au poste d’Asset Manager. Il occupe ensuite pendant huit ans des fonctions financières et opérationnelles chez AEW Europe, avant d’être promu Directeur du développement en 2011.

Après plus de 12 ans passés dans le secteur de l’immobilier, Alban Hallé rejoint SOFERIM en septembre 2014 au poste de Directeur du Développement, avec pour mission d’identifier de nouvelles opportunités d’investissement en Ile-de-France, et d’assurer un conseil permanent auprès des investisseurs institutionnels.

A propos de sa nomination, Alban Hallé déclare : « Je suis ravi de rejoindre une entreprise indépendante, imaginative et réactive, constituée d’une équipe de professionnels passionnés d’immobilier. Je suis convaincu que le marché offre de réelles opportunités pour un promoteur créatif comme SOFERIM, qui entend renforcer son développement dans l’immobilier tertiaire, vers de nouvelles classes d’actifs à valeur ajoutée. »

Alban Hallé est diplômé d’une MSTCF (Maîtrise des sciences techniques comptables et financières) de l’université Paris 5 René Descartes.

Barbara PRUCZ, Chargée de Marketing et Communication

Barbara-PRUCZAvec dix ans d’expérience opérationnelle, Barbara Prucz vient renforcer l’équipe de la Direction de la Communication de SOFERIM en qualité de Chargée de Marketing et Communication. Auparavant, Barbara Prucz a travaillé pendant quatre ans pour Continental Automotive France, en tant que Chargée de communication externe et interne. Après un passage chez Weber France en tant que coordinatrice au service clients, elle intègre Nexity en 2009 au poste de Chargée de marketing opérationnel.

Barbara Prucz rejoint SOFERIM à l’occasion de ses 25 ans, un moment important dans l’histoire de l’entreprise dont la communication institutionnelle, sous la responsabilité de Christine Phal sera renouvelée avec la création d’un nouveau site internet et d’outils de communication dédiés. En parallèle, elle gérera le suivi marketing et communication des opérations de promotion de l’entreprise.

Carrière de Port-Mahon : la justice reconnaît le bien-fondé des travaux (Paris 14e)

Le Tribunal administratif de Paris vient de donner raison au promoteur SOFERIM pour la sauvegarde de la carrière de Port-Mahon, mettant fin à douze ans de procédures. La justice a confirmé que les travaux de confortation et de mise en valeur de la carrière de Port-Mahon respectent pleinement ce monument historique, situé sous le site du 26/30 rue de la Tombe Issoire et 15-17 Villa Saint-Jacques.

Dans son jugement, le tribunal estime que les travaux autorisés étaient bien motivés par « l’urgence à mener une restauration de la carrière pour assurer la pérennité du monument classé », tout en permettant une mise en valeur de son patrimoine par le dégagement de perspectives visuelles et l’aménagement d’un cheminement au sein de la carrière.

Réalisés sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS), ces travaux de confortation traditionnelle se sont terminés en mai dernier. Leur conformité a été approuvée par la DRAC et l’Inspection générale des carrières (IGC).

La carrière de Port-Mahon est aujourd’hui consolidée et valorisée de façon pérenne, dans le plus grand respect de sa richesse patrimoniale, comme SOFERIM s’y était engagé.

Rue de Téhéran : rénovation énergétique d’un immeuble de bureaux en copropriété (Paris 8e)

SOFERIM livre près de 4 350 m2 rénovés en site occupé

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier parisien depuis plus de 25 ans, vient de terminer la rénovation énergétique d’un immeuble de bureaux en copropriété totalement occupé, au 9, rue de Téhéran (Paris 8ème). Ce projet, conduit à l’initiative de SOFERIM pour le compte du syndicat des copropriétaires, a représenté un coût total de 2,4 millions d’euros (soit moins de 550 euros HT/m2 utile), pour un immeuble aux parties communes et aux équipements entièrement reconfigurés.

Sur près de 16 millions de mètres carrés de bureaux à Paris, environ 75 % datent des années 50 à 80 et sont devenus obsolètes sur le plan énergétique. C’est le cas de l’immeuble qui abritait l’ancien siège de SOFERIM, rue de Téhéran. Locataire jusqu’en 2012, SOFERIM a subi, au même titre que les autres copropriétaires, les désagréments liés à la vétusté de ce bâtiment « énergivore » : absence totale d’isolation thermique, climatisation et chauffage vieillissants, fuites à répétition, façade des années 70 en béton préfabriqué, non respect des règles d’accessibilité.

A l’issue d’un appel d’offres restreint, SOFERIM a été sélectionné par le syndicat des copropriétaires, afin de réaliser des travaux de réhabilitation visant à améliorer le confort des locataires, réduire de 30 % la consommation énergétique de leur immeuble, et donc alléger leurs charges de fonctionnement.

D’une durée de 9 mois après l’obtention de la déclaration préalable, le chantier a été mené en site totalement occupé, selon une méthodologie spécifique et une organisation plateau par plateau, destinées à préserver le fonctionnement de l’immeuble et le travail des occupants.

La façade sur rue de ce bâtiment de 9 étages a été complètement ravalée et présente une architecture contemporaine. Les accès ont été revus pour les personnes à mobilité réduite. Outre la disparition des risques de fuite liés à l’ancienneté des réseaux de distribution, la performance énergétique de l’immeuble a été améliorée de 25 %.

« Il est toujours difficile d’engager des travaux dans un immeuble tertiaire occupé. Dans le cadre de ce projet de rénovation thermique en copropriété, nous avons réussi à convaincre l’ensemble des occupants de l’immeuble Téhéran qu’il était dans leur intérêt de regrouper les travaux pour mieux limiter les charges. Il s’agit de la deuxième réalisation de SOFERIM en site entièrement occupé. En 2012, nous avions, à la demande d’un investisseur institutionnel, réalisé l’installation d’un système de climatisation dans un immeuble occupé, faute de quoi son locataire menaçait de résilier le bail. Après dépôt d’une déclaration préalable, les travaux de climatisation ont été effectués en tenant compte des contraintes du locataire en place et selon une technologie adaptée à ce bâtiment de 7 500 m2, situé à Vincennes dans un périmètre classé Monument historique », précise Gilles Robin, Directeur général de SOFERIM.

SOFERIM, précurseur du logement intermédiaire à Paris

SOFERIM livre 1500 m2 de logements intermédiaires en bordure de l’éco-quartier de la ZAC Pajol (Paris 18e)

SOFERIM, spécialiste de l’immobilier parisien depuis plus de 25 ans, annonce la livraison d’un immeuble de logements BBC à loyers maîtrisés, situé dans le secteur de l’impasse Dupuy au 31 rue Pajol (Paris 18ème), après 18 mois de travaux. L’opération de logements a été vendue au prix moyen de 6 100 €/m².

Situé en bordure de la ZAC Pajol, cet immeuble d’habitation de 1 500 m2, conçu par les architectes Hardel et Le Bihan, s’intègre dans une réflexion urbanistique globale menée sur le développement du secteur Paris Nord-Est. Avec 24 logements locatifs intermédiaires et 357 m2 de commerces en pied d’immeuble, le bâtiment profite du dynamisme d’un quartier en plein renouveau, à deux pas des Jardins d’Eole et du Théâtre des Bouffes du Nord.

En répondant à l’appel d’offres organisé il y a 3 ans par la SIEMP (Société immobilière d’économie mixte de la Ville de Paris), SOFERIM a anticipé sur les directives de la loi Duflot qui vient d’être signée et qui ne pourra porter ses fruits que dans plusieurs années.

La SIEMP, en retenant la proposition de SOFERIM, a considéré que l’association d’un investisseur institutionnel et d’un promoteur immobilier était intelligente, dans la mesure où elle permettait de réduire les coûts d’investissement d’une telle opération, dans le respect des objectifs fixés : un bâtiment conçu dans la charte du plan climat de la Ville de Paris et des loyers très proches des niveaux de loyers éligibles au dispositif sur l’investissement locatif Duflot. Cette opération est affectée par un taux de TVA de 19,6 %, alors que les opérations futures bénéficieront d’un taux de 10 % dans le cadre du dispositif Duflot, et de 5,5 % pour le logement social.

« Dès 2010, avant même que la halle Pajol ne soit métamorphosée par la Ville de Paris et que les travaux ne soient engagés, SOFERIM a réussi à trouver un investisseur institutionnel de premier rang et à vendre l’immeuble en bloc. Nous avons en effet partagé la vision avec la SCI FG Immobilier, filiale du FGAO, que l’emplacement de ce bâtiment, à sa livraison, serait considérablement valorisé par la présence d’équipements scolaires, culturels, sportifs et de loisirs, précise Gilles Robin, Directeur général, SOFERIM. En anticipant les besoins des propriétaires de terrain et des investisseurs, SOFERIM a une nouvelle fois su faire preuve de créativité. C’est précisément ce type d’opérations que nous cherchons à développer dans le cadre de partenariats, à la fois avec des aménageurs et des investisseurs institutionnels. »

Certifié HQE et labellisé BBC Effinergie®, l’immeuble répond à la charte du Plan Climat de la Ville de Paris. Cette opération témoigne de l’engagement de SOFERIM dans le développement de programmes de construction de logements éco-responsables, destinés à favoriser l’accession sociale à la propriété.