SOFERIM renouvelle son engagement en faveur de l’art contemporain, à l’occasion du 10ème anniversaire du DRAWING NOW PARIS

Le 10ème anniversaire de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN a été l’occasion pour SOFERIM, spécialiste de l’immobilier créatif, de réaffirmer son engagement pour la promotion de jeunes artistes, en sa qualité de mécène principal.

 

SOFERIM a apporté son soutien en tant que partenaire du premier Symposium international du dessin contemporain organisé les 30 et 31 mars dernier à l’auditorium dans le cadre de cette édition spéciale, aux côtés du Ministère de la Culture et de la Communication et de la Ville de Paris.

 

Drawing Now ParisDepuis la création du prix DRAWING NOW en 2011, l’entreprise apporte chaque année un soutien financier qui permet d’accompagner le développement du travail des artistes lauréats, en France et à l’étranger. Cette année, le 6e prix Drawing Now a été décerné à Jochen Gerner, représenté par la galerie Anne Barrault (Paris), qui s’est vu remettre une dotation de 5 000 euros. A l’occasion de la prochaine édition du salon, une exposition personnelle Hors les Murs permettra à l’artiste de développer son travail dans un lieu dédié.

 

« L’attention que nous portons à la scène artistique s’est concrétisée dès la première édition de DRAWING NOW PARIS, par la mise à disposition d’immeubles destinés à accueillir le salon, puis par la création du Fonds pour le dessin contemporain, a déclaré Jean Papahn, Président de SOFERIM. Aujourd’hui nous sommes heureux de pouvoir aller plus loin dans notre engagement à travers l’organisation de ce Symposium international qui a réuni autour d’une même passion une cinquantaine d’experts du monde entier – artistes, collectionneurs, chercheurs, directeurs d’institutions ou encore commissaires d’expositions. Parallèlement à notre engagement en tant que mécène, nous poursuivons nos différentes actions afin de favoriser l’intégration des oeuvres d’artistes contemporains dans nos différentes réalisations : expositions dans des immeubles avant travaux, oeuvres d’art originales dans les halls, bâches d’artistes sur les chantiers. Parce que l’art se vit aussi dans la ville, au quotidien. »